Actualités du club

12/07/2008

Geoffrey sur l'étape du Tour et Daniel et alexandre Morin au Championnat de France vélo Ufolep

posté à 01h25

Geoffrey fait un retour sur sa sortie ''l'étape du tour''
Daniel et alexandre seront ce samedi au championnat de france de vélo avec les couleurs Tulle tri

ça y est je l'ai fait!!!!

169 KILO avec deux cols d'anthologie...

Levé 5h05, dur dur pour le lève tard que je suis! Mais la motivation l'emporte très vite car il ne faut pas traîner... 9500 inscrits ça fait du monde sur les routes pour se glisser jusqu'à la zone de départ!

Arrivés dans notre sas avec Franck et Stéphane (mes deux compagnons de galère) vers 6h25, c'est sous une pluie fine mais soutenue et qui transperse nos coupe-vent jaune fluo que nous attendons le départ prévu pour 7h.

Une méchante envie d'uriner me prend face à l'ampleur de la tâche, mais trop tard c'est parti!!!
Nous empruntons l'immense artère principale de Pau et le compteur affiche déjà 40km/h. La chaussée est humide et les premiers rond-points sont appréhendés avec prundence.

ça roule à bon train, entre 38 et 42km/h selon les portions de route, des groupes se forment, des wagons passent par moment à plus de 45km/h, c'est tentant mais il faut se raisonner la journée va être longue... (en fait interminable mais je ne le savais pas encore)

On fait l'impasse sur le 1er ravito à Lourdes mais j'en profite pour y faire une prière... il y a même un prêtre sur le bord de la route qui nous encourage à grand renfort de chapelet.

La première vraie difficulté arrive au bout du kilo 78 avec la côte de Loucrup où tout le monde se gère au mieux pour y laisser le moins de plumes possible. 2.5km de côte avec un bon pourcentage.

Bref, arrivé à la sortie de Bagnière de Bigorre le compteur affiche 90.5 km, et cela fait 3h que l'on roule! Je suis agréablement surpris de mon parcours mais Ste Marie de Campan approche et avec elle le pied du Tour Malet.

Et c'est au tout début de la bosse que le coup de barre me tombe dessus, au 106ème kilo que je dois faire une halte. Des problèmes intestinaux s'invitent au bal en plus du froid et du dérailleur arrière qui se met en carafe.

Je repars tant bien que mal mais le pourcentage devient assez impressionnant et je me rends compte qu'avec mon 39-28, je ne peux pas mouliner pour me permettre de gérer même à 9km/h.
110è kilo nouveau grand moment de solitude au lieu dit Artigues (ou Artiges, désolé), les jambes brûlent et mon estomac me lâche une nouvelle fois et je vois pour la 1ère fois le spectre de l'abandon. Il reste 10km avant le sommet.
Mais le corrézien est tenace et le triathlète encore plus. Je m'alimente un peu et je réussis à me hisser jusqu'au 2è ravito à 5kilo du sommet. Un brouillard à couper au couteau et une température digne du mois de février y sévit.

J'arrive enfin en haut du tour Malet mais le pire reste à venir... la descente! Je prends le temps de placer un journal sous mon maillot pour m'isoler du froid et c'est parti!

La descente est réalisée prudemment par le plus grand nombre des coureurs et pour cause : pas de visibilité, chaussée humides, virages dangereux et avec du monde devant et derrière. Le guidon tremble car mes épaules dansent "la macarena" toutes seules. Le froid transperse et le vent aussi.

Nous arrivons enfin à Lou Balagnas, au pied du 2ème col Hautacam où Caroline (ma femme) m'attend avec 2 bidons et des mots de réconfort car le moral est au plus bas et l'envie de stopper immense.

Allez 15 bornes, Geo "tu peux le faire"!
Et je repars finalement! J'ai envie d'arriver là haut mais dans quel état!

Le début n'est pas surhumain mais j'ai déjà tout mis à gauche au niveau des braquets au pied de la bosse.
Hautacam est moins difficile que le tour Malet mais plus irrégulier avec des rampes de 500m à 1km500 entre 9 et 12%. Ce qui est assez décourageant c'est que la route est partagée en 2 et que ceux qui sont arrivées déjà depuis 1heure redescendent et nous les croisons.

Là encore le 39-28 n'est décidèment pas adapté pour mes jambes et le relief du jour, alors je fractionne l'ascension avec des portions marchées et des portions où je monte en tournant les jambes en maitenant mon effort le plus longtemps possible.

Enfin la flamme rouge du dernier kilo sort du brouillard, et j'aperçois bientôt la bouée de l'arrivée qui est là et j'y crois même pas, j'ai relevé le défi et je l'ai fait!
Avec moins de 1500 bornes au compteur avant de venir à Pau, je franchis la ligne avec un temps de course de 8H55' et en 4569è position et 307è de ma catégorie.

Malgré les conditions dantesques, j'encourage tous ceux qui le souhaitent à se lancer dans le défi tant les sensations d'accomplissement à l'arrivée sont immenses et gratifiantes!!!

(photo


 


Autre news:
10/04/2017 : TBN 2017
10/04/2017 : Journée solidarité
27/03/2017 : Bike n'run Saint Pardoux (87)
11/03/2017 : Sortie vélo du jour...
09/03/2017 : Duathlon de Périgueux
29/01/2017 : Récompenses de nos jeunes - Challenge régional
22/01/2017 : Cross territorial Beynat (19)
08/01/2017 : Cross départemental Beynat (19)
21/11/2016 : Cross du CAPO Limoges
13/11/2016 : Randonnée des feuilles mortes, Naves 2016


» Consulter les archives

RSS



     

Conseil Général

Ville de Tulle